La drogue est dans le fruit

«Rien ne pouvait me laisser croire que la provenance des fonds était illégale, a-t-il expliqué, hier, devant le tribunal. Pour moi, ce client était un entrepreneur. Et, vu son profil, ces apports ne me paraissaient pas exceptionnels.»

Son profil ? Un marchand de fruit. Le plus grand du Brésil et peut-être l’un des plus importants du monde. «Et ça ne vous paraissait pas étrange que le plus grand exportateur de fruits du monde choisisse, pour placer son argent non déclaré, une petite société comme la vôtre?»

Le prévenu: «Non. Un intermédiaire lui a dit qu’il connaissait un bon gestionnaire indépendant. Ce n’est pas parce qu’on est petit qu’on est mauvais.»

En août 2007, le grand marchand de fruits est arrêté la main dans une demi-tonne de cocaïne. Considéré comme le chef d’une organisation criminelle internationale active dans le trafic de stupéfiants et le blanchiment d’argent, il habite au Brésil et utilise le commerce de fruits comme couverture. Ces fruits sont exportés aux Pays-Bas. La drogue, dissimulée dans les cageots de fruits, arrive notamment à Rotterdam.

Le procureur Yves Bertossa ne comprend pas comment le gérant de fortune n’a rien vu venir: «Il vous dit qu’il exporte 550 000 tonnes de fruits par année vers les pays de l’Est, ça vous paraît plausible? Vous lui demandez ses états financiers, il ne vous les donne pas. Ce n’est pas une alerte pour vous?» Le prévenu affirme qu’un de ses employés a vérifié que les terres de son client au Brésil existaient bel et bien.

Blanchiment aggravé

Mais pour le Ministère public, il est clair que le gérant de fortune s’est rendu coupable de blanchiment d’argent. Il a reçu au total 15 millions d’euros par divers circuits de la part de ce client. Il n’a fait aucune démarche pour vérifier l’origine de ces fonds. Le procureur réclame une peine de 360 jours-amende (à 300 francs le jour) avec sursis. Le tribunal rendra son verdict ultérieurement.

On note au passage l’extrême clémence du procureur qui ne demande qu’une amende avec sursis, au final la peine est moindre qu’une simple infraction au code de la route.
A noter que depuis le 3 janvier 2012, le nouveau procureur général de la Confédération est Monsieur Michael Lauber, ancien chef de la cellule anti blanchiment de Vaduz,il était jusqu’alors Président de l’association des banquiers du Liechtenstein.